CDSEA

Comité Départemental de Sauvegarde de l'Enfant à l'Adulte de l'Essonne

Actualité

Revenir à la liste des actualités

mecsLe 18/04/15 à 11h34

5ème journée de l'ANMECS

Intervention de Monsieur Jean-Paul GAILLARD, thérapeute systémicien de la famille et du couple et psychanalyste (EFP).

Les 19 et 20 mars 2015, l’Anmecs (Association Nationale des Maisons d’Enfants à Caractère Social) tenait à Marseille ses 5èmes journées nationales sur le thème de l’acte éducatif en mutation. Nous y étions présents et avons suivi avec le plus vif intérêt l’intervention de Monsieur Jean-Paul GAILLARD.Ce thérapeute systémicien de la famille et du couple et psychanalyste (EFP) est membre titulaire de la Société Française de Thérapie Familiale (SFTF) et de l'European Family Therapy Association (EFTA). Il est praticien-enseignant-chercheur et formateur en approche systémique. Il est notamment l'auteur de « Enfants, adolescents en mutation : Mode d’emploi pour les parents, éducateurs, enseignants et thérapeutes » chez ESF éditeur. Paris. Octobre 2009. Collection : l'art de la psychotherapie.

Jean-Paul Gaillard soutient de façon particulièrement convaincante, en s’appuyant à chaque fois sur des exemples concrets, qu’avec les enfants et adolescents d’aujourd’hui, nous assistons à l’émergence d’une nouvelle normalité, d’une nouvelle économie psychique, d’une nouvelle « personnalité de base ».  Ainsi, l’ensemble des repères sur lesquels les adultes croyaient pouvoir compter pour comprendre, éduquer, enseigner, soigner, ont perdu leur pertinence. Les piliers majeurs sur lesquels se sont fondées nos pratiques professionnelles, tels que l’autorité de mode paternel, la culpabilité fondamentale, l’interdit, le hiérarchique vertical, ne constituent plus le background de l’inconscient et des modes interactionnels par quoi nous étions structurés. D’autres piliers structurent aujourd’hui l’intrapsychique et l’interactionnel des enfants occidentaux. Ces différences a priori inconciliables génèrent entre nous et nos enfants et adolescents une grande perplexité ; à l’école, en famille, en institution, cette perplexité produit un climat de violence dont les adultes croient être les victimes, alors que la méconnaissance dans laquelle ils sont de la mutation psychosociétale en cours les conduit à en être les co-auteurs aveugles. Ces différences en apparemment si peu conciliables conduisent les politiques et les universitaires à les considérer comme déviantes, porteuses de pathologies ou de délinquance, alors qu’elles ne sont qu’une nouvelle façon d’être normal.

Les équipes de la Maison d’Adolescents sont, comme tous, confrontées à cette difficulté à renouer le contact et le dialogue avec ces enfants et adolescents qu’il est important, selon Jean-Paul GAILLARD de considérer comme des « mutants ». Il s’agit pour l’ensemble des professionnels d’un véritable défit à relever tant il apparait que ces problématiques nouvelles ou, pour le moins que leur caractère massif, mettent à mal notre identité professionnelle bâtie historiquement sur le primat de la relation éducative. Démunis quand cette relation ne s’instaure pas ou demeure fragile sur le long terme, nous sommes convaincus que les pistes décrites par Jean-Paul GAILLARD portent en elles la refondation de l’accompagnement éducatif.